Protection Travailleur Isolé en 2014 : les tendances à suivre

Protection Travailleur Isolé : les tendances 2014


2011 avait été marquée par l’émergence de nouvelles solutions, essentiellement axées sur les smartphones qui faisaient alors leur entrée dans le monde de l’entreprise. Avec une évolution toujours plus rapide des technologies dans l’univers mobile, à quelles innovations peut-on s’attendre cette année pour les dispositifs de Protection Travailleur Isolé ?

Retour sur les tendances 2012

Revenons tout d’abord en arrière, deux ans exactement, pour vérifier si les tendances annoncées se sont effectivement concrétisées.

En janvier 2012, nous parlions de Protection Travailleur Isolé intégré au téléphone du collaborateur. Avec 968 millions de smartphones vendus en 2013 (+38% par rapport à 2012), représentant 55% des ventes de mobiles dans le monde et une généralisation dans les entreprises, tout secteur confondu, l’avenir nous a donné raison. La tendance ne fait du reste que s’accentuer avec des gammes de smartphones toujours plus larges, du terminal durci IP 67 au smartphone aux fonctions les plus avancées (reconnaissance vocale, des gestes).

La deuxième prédiction concernait la géolocalisation à l’intérieur des bâtiments (indoor geopositioning). Paradoxalement, alors que les solutions existent, la problématique reste très souvent traitée de manière marginale par les sociétés concernées. Une des raisons tient probablement à la confusion actuelle sur les technologies utilisées : quel(s) standard(s) s’imposera dans une utilisation grand public comme la navigation (dans un centre commercial ou aéroport) et le marketing mobile ? Wifi, Bluetooth Low Energy (objets connectés – Beacons) ou autre ? Indépendamment de l’aspect financier, difficile de s’engager sans une vision claire sur les standards technologiques, surtout pour une application au final « dérivée » comme celle de la Protection Travailleur Isolé.

La dernière tendance annoncée, avec le rôle des tablettes tactiles dans les solutions Protection Travailleur Isolé comme complément du smartphone, s’est également avérée relativement juste avec l’arrivée de smartphones aux écrans de grande taille, Galaxy Note (II) ou Sony Xperia Z par exemple. Très pratiques pour la saisie de rapports ou la consultation de documents, ces terminaux demandent néanmoins certaines adaptations aux solutions Protection Travailleur Isolé de par leur taille et de l’usage qui en découle.

Le défi de la compatibilité des dispositifs de Protection Travailleur Isolé

La généralisation des smartphones a son corollaire : l’éclatement des systèmes d’exploitation, entre iOS (Apple), Android (Google) et Windows Phone, et leur changement régulier de version. La question est alors double pour l’entreprise :

1. Si nous changeons de modèle de téléphone, voire de système d’exploitation, pourrons-nous continuer à utiliser la solution Protection Travailleur Isolé actuelle?

2. Si nous acceptons une mise à jour sur le téléphone, la solution restera-t-elle compatible ? Le dernier exemple en date, le passage d’Apple d’iOS 6 à iOS 7 a induit des changements majeurs pour un dispositif de Protection Travailleur Isolé sur iPhone. Qu’en sera-t-il de la future version Android ?

Vu sous l’angle technologique, la réponse est donc loin d’être simple et surtout a un coût lié au travail de développement et d’adaptation. Au-delà de la magie de l’application mobile qui a remplacé l’ancienne génération de PTI, boîtier noir et bouton rouge, le défi est de taille pour tous les acteurs du marché.

De la fiabilité technologique à la fiabilité de la réponse d’urgence

De plus en plus d’entreprises choisissent de confier la gestion de la réponse d’urgence à une société spécialisée, plateau d’assistance ou télésurveilleur. Les avantages sont clairs : la garantie d’une réponse immédiate et professionnelle, avec l’application d’une procédure spécifique à l’entreprise pouvant aller jusqu’à l’appel aux services d’urgence.

L’enjeu est à l’heure actuelle sur ce dernier point, avec de nombreux appels aux services d’urgence pour des alertes qui au final s’avèrent être de simples mauvaises manipulations. Une des raisons d’être des dispositifs de Protection du Travailleur Isolé est en effet de déclencher automatiquement une alerte lorsque l’utilisateur est victime d’un accident ou malaise conduisant à une perte de connaissance. Difficile dans ce cas pour l’utilisateur de confirmer que l’urgence est bien réelle. Mais l’oubli du téléphone en position horizontale ou immobile conduit à la même alerte vu du plateau d’assistance ou du télésurveilleur : la vérification du caractère réel de l’alarme, la « levée de doute », est alors essentielle et pour être efficace, ne se limite pas à un simple rappel sur le téléphone de l’utilisateur.

Devant le nombre croissant de fausses alertes, les services d’urgence deviendront-ils plus restrictifs avant de décider d’envoyer d’une équipe sur place ? En Suisse, la solution a été trouvée en ne donnant un accès direct aux services d’urgence qu’aux sociétés possédant une accréditation.

La problématique Protection Travailleur Isolé s’est déplacée en l’espace de quelques années avec la généralisation des smartphones. La question de la fiabilité, principalement sur les fonctions de détection de perte de verticalité ou d’absence de mouvement, est moins présente du fait de l’intégration dans des téléphones high-tech de fabricants reconnus (Samsung, Apple, Sony, LG notamment). En revanche, celle de l’évolutivité des solutions Protection Travailleur Isolé et le volet organisationnel et humain de la réponse d’urgence sont en train de passer au premier plan.

Mes conseils pour réussir votre projet GSM PTI

  • Valider l’évolutivité de la solution Protection Travailleur Isolé
  • Analyser la question de la « levée de doute »

Tags:

Commenter