2016 : le PTI GSM objet connecté


Janvier est traditionnellement marqué par le salon CES (Consumer Electronics Show) à Las Vegas et son lot d’innovations technologiques. Cette année les objets connectés sont au centre de l’attention avec des prévisions annonçant 50 milliards d’objets connecté d’ici 2020 : villes, maisons, transport, santé, l’internet des objets s’invite partout. Est-ce aussi l’annonce du dispositif de Protection du Travailleur Isolé de nouvelle génération ?

 

Qu’est-ce que l’internet des objets ?

L’internet des objets (Internet of Things, IoT) correspond à la transmission de données venant de dispositifs (capteurs) dans le monde réel vers internet. On parle alors de santé connectée, maison connectée, voiture connectée ou de ville connectée pour reprendre les principaux domaines.

Exemple concret : votre thermostat connecté Nest (société achetée en 2014 par Google) communique avec le lave-linge et sèche-linge Whirlpool pour qu’ils se mettent en route lorsque l’électricité est la moins chère.

Cette révolution technologique est rendue possible par la démocratisation de la connectivité (2G, 3G, 4G), le développement du cloud (gestion des données collectées) et la chute du coût des capteurs.

 

Ecueil numéro 1 : le recyclage en ‘connecté’

Parmi la profusion d’innovations, beaucoup sont réellement révolutionnaires comme le siège biométrique de l’équipementier automobile Forecia (salon de Detroit, janvier 2016) : le siège détecte le ralentissement du rythme du cœur et de la respiration, ce qui est souvent le signe d’un état d’endormissement. Un souffle d’air froid permettra alors de rendre le conducteur plus attentif.

En revanche, la montre GPS avec fonctions d’alerte pour les enfants (CES 2016) ou le boîtier PTI DATI avec un bouton SOS connoté ‘objet connecté’, existent depuis 2007 et n’ont jusqu’à présent jamais trouvé leur marché.

 

Ecueil numéro 2 : une utilité à démontrer

De manière générale, le marché est essentiellement tiré par les traqueurs d’activité et les montres connectées : 21 millions de montres connectées vendues en 2015, à toutefois comparer aux 1,43 milliards de smartphones vendus sur la même année. Pour concrétiser la vague annoncée, il sera donc nécessaire de dépasser le stade du gadget pour technophile et d’avoir un produit répondant à un besoin réel tout en tenant compte des enjeux de sécurité (hacking).

On est finalement au stade du téléphone mobile dans les années 90, simplement quelques années avant l’adoption massive des objets connectés.

 

La Protection du Travailleur Isolé de 4ème génération

Simple application mobile intégrée à un smartphone (3ème génération), le PTI / DATI va pouvoir rapidement intégrer l’internet des objets afin de renforcer :

  • La géolocalisation, même à l’intérieur d’un bâtiment, en interagissant avec son environnement,

  • Les moyens d’alerte avec des objets connectés pertinents pour l’utilisateur et son métier, sans nécessairement aller jusqu’au vêtement intelligent,
  • La simplicité d’utilisation en gérant automatiquement les fonctions d’alerte suivant le lieu et les procédures de sécurité établies.

On est donc à l’aube d’une rupture technologique majeure, avec plus de sécurité et de simplicité d’utilisation pour le travailleur isolé.
 

Mes conseils pour réussir votre projet PTI GSM

  • Choisir un dispositif de Protection du Travailleur Isolé de dernière génération
  • Evaluer le potentiel d’évolution de la solution

Tags: , , , , ,

Commenter